FAQ sur le processus d'impression

Vous trouverez ici un résumé des questions les plus fréquemment posées

Questions générales

Le résultat est une courbe de débit. A partir de cette courbe de flux

  • RIp0.2 Comparaison de la limite d'élasticité à l'essai de traction
  • RIm Résistance à la traction comparée à un essai de traction
déterminé.

Il s'agit d'un algorithme logiciel qui calcule les caractéristiques du matériau à partir de la forme tridimensionnelle d'une empreinte de dureté en utilisant des simulations FEM.

L'empreinte est créée mécaniquement par une éprouvette, l'évaluation est effectuée optiquement par un interféromètre et le calcul est effectué numériquement par un algorithme. 

Les deux représentations sont possibles dans l'interface utilisateur.

Actuellement, ces déclarations ne peuvent être faites que de manière qualitative.

Le transfert des résultats d'un point de test à l'échantillon global est essentiellement la responsabilité du testeur/utilisateur. Compte tenu du grand nombre de matériaux considérés, il s'agit généralement d'une approche appropriée.

Les points suivants doivent être respectés :

  • Si l'échantillon présente un gradient dans les propriétés du matériau (par exemple en raison du durcissement de la surface dans le cas de l'acier), le comportement global résulte de la totalité des propriétés locales du matériau.
  • Des limites existent avec l'aluminium où des fractures fragiles du matériau se produisent. Un véritable accord en termes de résistance à la traction ne peut être garanti dans tous les cas. Un transfert vers une résistance à la compression, en revanche, peut. Dans ce cas, cela dépend de la charge réelle à laquelle le composant est soumis
  • Texture/nisotropie : on détermine ici une valeur moyenne des propriétés dépendantes de la direction
    •  

Questions sur la procédure

La procédure est divisée en ces étapes :

  • Mesure en 3D de l'empreinte du test
  • Solution par algorithme logiciel avec simulation FEM par un algorithme d'optimisation
  • Les simulations FEM sont adaptées à l'impression de test réel
  • Les caractéristiques des matériaux et les courbes d'écoulement sont tirées de la simulation de la meilleure correspondance

La particularité de cette méthode réside dans le calcul des propriétés à partir de la déformation plastique.

Oui ! - On mesure à la fois le vomissement de matière et la zone déprimée.

Cela dépend du niveau de charge et du matériau testé. Les profondeurs de pénétration typiques se situent entre 10 et 300µm.

Dans le cas standard, qui correspond également à la procédure de la norme DIN SPEC 4684 (publication novembre 2019), nous supposons un comportement isotrope (indépendant de la direction) du matériau et une plasticité de von-Mises. Il existe des conditions limites (épaisseur de l'échantillon, stockage de l'échantillon) qui sont modifiées pour des cas particuliers (par exemple, échantillons minces). En principe, cependant, les hypothèses de la simulation FEM peuvent être conçues librement et adaptées.

Les grilles et les cascades de mesure peuvent être vérifiées automatiquement. Les véritables courbes de contrainte-déformation peuvent être transférées aux simulations FEM par le biais de fichiers CSV (la sortie des coordonnées x-y de la grille est possible).

Questions sur l'entreprise

Les deux et : Nous développons, produisons et vendons nos machines d'essai nous-mêmes et en coopération. Nous effectuons des tests de composants, des analyses détaillées, des analyses de dommages et des mesures contractuelles.

N'hésitez pas à nous contacter.

Questions sur la machine

L'espace d'essai dépend du modèle choisi et peut être adapté sur demande. Cela vous permet de trouver la taille optimale, que vous testiez des spécimens plats ou de grandes pièces moulées.

Questions sur les avantages et les bénéfices

  • Assurance qualité rapide et non destructive et optimisation des produits
  • Optimisation des procédés et des traitements thermiques
  • Mesure en cours de fabrication pour réduire les déchets et l'adhérence

La procédure a été précisée dans le cadre d'un DIN SPEC 4864 avec l'Institut fédéral d'essai des matériaux (BAM Berlin), l'Institut fédéral physico-technique (PTB, Braunschweig), le Bureau d'essai des matériaux NRW (MPA Dortmund), le DIN et des partenaires industriels.

Par rapport à l'essai de traction :

  • Rapide
  • Faible destruction
  • Bon marché
  • Tests locaux
  • Possibilité d'effectuer des tests de composants, des tests à 100 % et des tests en cours de fabrication avec préparation automatisée des échantillons

Par rapport au test de dureté

  • Aucune réévaluation nécessaire
  • Plus significatif et plus solide (en raison de statistiques plus faibles et de la diffusion des résultats)

Par rapport à l'essai de traction, l'essai interne permet

  • Le temps dans les processus opérationnels
  • Exigences en matière d'espace et de locaux des technologies d'essai conventionnelles
  • Frais d'audit
  • Personnel

sauver.

Questions sur les matériaux testables et la préparation des échantillons

  • En principe, tous les matériaux métalliques peuvent être testés avec notre méthode d'impression
  • Pour connaître les précisions attendues des différents matériaux et groupes de matériaux, veuillez vous reporter à la section"Matériaux".

  • Le rapport entre la profondeur de pénétration et l'épaisseur de l'échantillon doit être inférieur à 0,1 pour les conditions limites standard
  • La hauteur des composants ne doit pas dépasser 350 mm environ.

  • Les côtés supérieur et inférieur doivent être parallèles au plan
  • L'inclinaison des deux côtés ne doit pas dépasser 2 % afin de garantir des résultats optimaux.
  • La rugosité maximale dépend de la profondeur de pénétration

Si la planéité et la rugosité ne sont pas suffisantes en raison du procédé ou de l'échantillon, les variantes suivantes de préparation de l'échantillon sont possibles :

  • Broyage
  • Fraisage fin
  • Wire EDM
  • Découpage humide

L'échauffement de la surface de l'échantillon doit être exclu.

Cela dépend de la taille des points de mesure et donc du niveau de charge et de la résistance du matériau. En général, une distance minimale de 200 à 300 µm peut être atteinte. Si les points peuvent être mesurés en décalage, il est possible de réduire les distances entre les points de mesure.

Oui - mais la texture et l'anisotropie doivent être prises en compte et avoir une influence sur les résultats.

  • La distance jusqu'au bord doit être égale à 3 fois le diamètre de l'indentation
  • La distance entre deux indentations doit être égale à 2x le diamètre de l'indentation.
  • Des distances plus courtes sont possibles, mais elles doivent être vérifiées sur l'exemple concret.

Plus la charge d'essai est faible, plus les influences locales telles que la taille des grains jouent un rôle. La dispersion des valeurs mesurées augmente généralement. Pour les forces d'environ 300N, cependant, celles-ci sont négligeables à quelques exceptions près.

Questions de vérification

Des mesures comparatives sont effectuées par nos soins sur des éprouvettes de traction. À cet égard, le logiciel est fourni avec un modèle de matériau optimisé pour le matériau
. Le travail de vérification des nouveaux matériaux est effectué en permanence.

N'hésitez pas à nous contacter à ce sujet.

Les fiches matières servent à améliorer la comparabilité des valeurs caractéristiques Rp0.2 et Rm à l'essai de traction. De plus, une relation quantitative avec l'allongement à la rupture peut souvent être établie à partir de l'essai de traction. Pour créer les cartes des matériaux, nous avons besoin des résultats des essais de traction sous forme de courbes de contrainte-déformation. Cette carte des matériaux peut être créée pour un alliage de plusieurs niveaux de résistance.

Imprintec GmbH
Universitätsstraße 142 
44799 Bochum
T +49 (0) 234970414 00
F +49 (0) 234970414 09
info@imprintec.de